Améliorer notre écosystème en conservant nos besoins essentiels ?

C’est possible ! Nous parlons alors de « décroissance ». Pour mieux comprendre le sens de ce mot, j’ai choisi de vous présenter des exemples concrets. 

Jetez d’abord un coup d’œil à « L’Établisienne », cet atelier situé à Paris où l’on crée, rénove, customise et répare ses propres objets.

Alors selon vous, la décroissance, est-ce une solution d’avenir ou un retour en arrière ?

En vous laissant réfléchir à cette question, nous allons maintenant faire une comparaison de la décroissance avec notre régime alimentaire. 

En tant qu’individu, nous avons conscience que certains aliments sont bons pour notre santé et notre corps, tandis que d’autres peuvent être mauvais.

De la même manière, la croissance est nocive pour la planète puisqu’elle épuise les ressources non renouvelables et empêche la reconstitution des ressources renouvelables. Voici ci-dessous deux exemples :

Aujourd’hui, la croissance, telle que nous la pratiquons, apparaît néfaste pour notre écosystème. 

Alors existe-t-il des solutions, des actions, que nous pouvons mettre en place pour éviter de voir notre écosystème se dégrader ? 

Bien évidemment, il ne s’agit pas de tout arrêter, mais d’adopter petit à petit des pratiques plus éco-responsables. Certaines pratiques sont d’ailleurs toutes simples à mettre en place, ne demandent pas de contraintes, et pourtant, peuvent tout changer. 

Par exemple, lorsque vous réparez vous-mêmes vos objets ou que vous louez un bien, tous ces petits gestes, sans vous en rendre compte, contribuent à améliorer notre écosystème. 

Cependant, est-ce que tous les pays sont en mesure d’adopter ce système ? 

Et la réponse est … non ! Malheureusement, il serait très difficile pour des pays pauvres de pouvoir assumer cette décroissance, qui s’applique surtout aux pays riches.

Pour terminer, je vous propose de me suivre à Montreuil dans le restaurant « Le Lys » où ils ont opté pour « La pêche », une monnaie locale d’une valeur d’un euro et avec laquelle il est possible de faire tous vos achats. 

Et là, vous devez vous demander à quoi sert cette monnaie si elle a la même valeur que l’euro ?

Laissez-moi vous répondre que « La pêche » sert à créer de la richesse sur le territoire local, elle permet aussi d’aider au financement des projets associatifs et solidaires locaux.
Son but est de redistribuer de la richesse et d’inciter les gens à acheter sur leur territoire plutôt que de faire travailler des grandes enseignes qui génèrent déjà des millions d’euros.
A la différence de l’euro, l’argent dépensé reste sur le territoire et ne pourra pas circuler ailleurs.

Vous l’aurez donc compris (enfin je l’espère !), consommer moins, acheter moins loin, recycler, réparer, économiser les ressources tout en conservant les besoins essentiels, c’est donc cela la théorie de la décroissance.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.